b2c6b629-a3e8-40ce-a327-8a845cf7126f_200

Blog forestier - De branches en branches

Clément Lachaud

Le contenu de ce site est protégé par des droits d'auteur. Pour l'utiliser, contactez l'auteur

Création d'une pépinière forestère à Puerto Misahualli

16 Août 2019. Jour 4 :

Finalisation de la pépinière & conclusion sur le projet

La journée d'hier fut destinée à lier les mailles entre elles, rien de bien passionnant. Aujourd'hui, le programme est chargé car nous devons partir dans la journée !

Devant l'inconvénient du temps, et la non disponibilité d'employés de la mairie pour nous aiguiller, nous passons une petite heure à ramasser quelques semences en forêt, et à récolter des bouteilles en plastiques en ville.

Nous ne connaissons pas les essences des graines récoltées. Ce n'est pas un problème : notre idée est de lancer le mouvement. Peu importe si les essences ne sont pas les mieux adaptées aux enjeux : cueuillies localement, elles trouveront forcément leurs places. Nous souhaitons par-dessous tout que notre projet initial soit accompli dans son ensemble : instaurer une pépinière pour sensibiliser et développer la reforestation de zones dévastées.

Le montage de la toiture et des "murs" est particulièrement fastidieux : la maille s'enmêle dans les innombrables brindilles et branches qui trainent autour de l'abri. Mais cette fois-ci, l'abri commence à avoir de l'allure ! Nous nettoyons un peu le sol (pas de râteau, une pelle à fait l'affaire) en ne manquant pas quelques piqûres de fourmis rouges, mais le rendu fait plutôt propre.

Il nous aurait fallu du temps pour que ce soit parfait : dans une pépinière de la sorte, il est nécessaire que les pots soient disposées de façon à ce qu'ils ne soient pas en contact avec le sol, pour que la propagation des racines dans la terre soit contrôlée, et qu'il y ai le moins d'interactions possibles avec les insectes.

L'idéal dans un cas comme le nôtre est de poser deux longueurs de bambous en parralèle, et d'installer une plaque sur laquelle on dispose les plants.

Ce sera la future tâche des employés communaux. Pour le moment, nous avons dû nous contenter de mettre les pots directement en terre. C'est ainsi que nous avons arroser une trentaine de grainesaprès les avoir distribué dans des bouteilles en plastiques coupées en deux et trouées pour l'écoulement de l'eau.

Cette action permet de montrer de sceller le début de la pépinière :

  • La structure est bâti et terminée

  • Des semences ont été mises en terre, et arrosées

Les points à développer par les locaux sont désormais les suivants :

  • En priorité, l'installation des pots pour les mettre hors de contact du sol

  • Une récolte de semences adapatées aux zones à reboiser : dans un but d'agrandir l'effectif des semis, et d'être plus en accord avec les besoins locaux

  • Aménager l'accès au local : depuis l'entrée de l'enceinte et la pépinière, le chemin est en friche avec des branches dispersées de partout. Il est nécessaire d'aménager un couloir pour faciliter l'accès.

Du côté des enfants, il faudra les sensibiliser petit à petit aux enjeux environnementaux, au quotidien et par des activités ludiques, pour pouvoir par la suite les faire participer à l'arrosage, la récolte ou encore la plantation.

BUDGET FINAL

- Maille pour recouvrir la structure : 60 $

- Cordes, Ferrailles, Clous : 6 $

TOTAL : 66 $

Ce montant prouve bien que l'on peut créer une structure permettant de participer à des activités environnementales avec des moyens très faibles. Pas besoin de beaucoup pour développer un projet local et environnemental. Et ça, c'est une très bonne nouvelle pour ceux qui en doutaient encore.

CONCLUSION GENERALE

En deux semaines, sans concertation préalable, avec un manque de disponibilité du côté de la mairie mais également à certains moments du nôtre, les délais étaient très serrés.

Avant notre départ, nous voulions que la structure soit terminé et que des graines soient plantées à l'intérieur. Les objectifs majeurs sont donc bien remplis. Avec le recul, un projet de la sorte doit se préparer au préalable, pour voir si la participation des enfants est réellement faisable, et pour que la mairie soit prévenue à l'avance et mette le maximum de moyens aux bons moments. Mais le résultat est satisfaisant dans l'ensemble.

Nous sommes cependant déçus de ne pas avoir réussi à faire participer les enfants. Ici, deux semaines de plus n'auraient même pas suffies : seul un travail au quotidien peut au fur et à mesure faire évoluer les mentalités. Et la mairie, par le biais de Maria José, peut contribuer à ce changement.

Les clés sont désormais entre leurs mains : il faudra envoyer quotidiennement des employés pour arroser et entretenir les semences afin que nos efforts ne soient pas vains. Nous gardons un contact avec Maria José pour suivre les avancées, en espérant que d'ici une année ou une demi-année, des semis soient prêts à être planter en forêt.

La mairie pourra également promouvoir ce projet en invitant les citoyens à participer aux diverses tâches.

Tout se joue donc à partir de maintenant : un suivi quotidien est obligatoire pour que le projet dans sa globalité soit une réussite majeure.

Sur le terrain, nous avons participer à la phase d'iniciation. Nous suivrons dorénavant de plus loin la phase d'entretien et d'amélioration.

Nous tenons à remercier :

  • La mairie de Puerto Misahuallí et ses intervenants, dont le maire Joffre Lara et Maria José qui est notre référente dans la suite du projet

  • L'ONG FORESTIERS DU MONDE, qui a financé l'ensemble du budget et qui a soutenu ce projet.

  • Les collaborateurs à notre association Nos Eco'Liées

Nous nous tournons désormais vers la Colombie, où nous allons développer un voir deux projets de la sorte. Nous pourrons cette fois-ci nous préparer plus en amont.

Si vous souhaiter nous aider ou nous conseiller sur ce genre de projet, envoyez-nous un petit message par le biais du site De branches en branches !

Clément L.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now